ENass+, Initiatives, UNE

« Dar Zhor » : Une autre approche pour combattre le cancer

L’association Dar Zhor à Casablanca, vise à accompagner et soutenir les personnes atteintes de cancer et leurs proches pour surmonter l’épreuve de la maladie. Zoom sur cette initiative.

« Parce que les personnes touchées par un cancer sont vivantes aujourd’hui et que nous pouvons donner du sens à demain, Dar Zhor est leur maison chaleureuse et accueillante, leur lieu de ressources qui devient, très vite, leur deuxième famille », explique Majda Gharbi, directrice de l’association Dar Zhor à ENASS, avant de poursuivre : « Dar Zhor est essentielle dans l’épreuve du cancer et doit pouvoir ouvrir ses portes dans toutes les grandes villes du Maroc ».

Hors des sentiers

L’association Dar Zhor considère la qualité de vie comme une variable importante dans le chemin vers la guérison, c’est pour cette raison qu’elle propose aux patients un énorme éventail de soins qui visent à leur donner des outils pour mieux communiquer, ne pas se sentir seuls face à leur combat mais aussi de retrouver leur estime de soi et pour sortir du sentiment de culpabilité. « Dar Zhor s’inscrit dans une approche intégrative qui remet l’humain au cœur des soins. Les bénéfices de l’accompagnement proposé par Dar Zhor sont exceptionnels : Amélioration de la qualité de vie, meilleure tolérance aux traitements, les patients deviennent acteurs de leur santé », argumente Majda Gharbi.

D’après cette dernière, Dar Zhor intègre des soins qui s’occupent de l’esprit du patient et de son moral, pour faire face à l’intensité de la maladie et des traitements.

Prise en charge pour les malades et leur entourage 

Dar Zhor organise plusieurs activités en faveur des malades atteints du cancer, en premier lieu : des groupes de parole animés par des professionnels et des psychologues, permettant une libération des émotions et un partage du vécu avec des personnes qui traversent la même épreuve. Ensuite, pour une sensation de bien-être, elle propose des ateliers de Yoga et Qi Gong. « Le Qi Gong est une discipline à part entière de la médecine traditionnelle chinoise qui permet de mieux supporter les traitements du cancer, elle accroît l’énergie, réduit le stress et favorise un meilleur sommeil », explique Gharbi.

Toutes ces activités ont pour but d’améliorer l’équilibre et la forme physique et de retrouver une sensation de paix et de sérénité à une personne qui suit une chimiothérapie ou une radiothérapie.

Finalement, l’association intègre aussi l’entourage aidant des patients dans la prise en charge, et ce, à travers des groupes de parole, parce que souvent ils se retrouvent en face d’une nouvelle responsabilité sans pour autant être outillés pour se confronter à cette situation.

Porter un autre regard sur le cancer 

Le cancer est considéré comme une maladie très lourde à porter, et demeure toujours un tabou pour une partie de la société. C’est pour aider à dépasser cette intense souffrance que Dar Zhor travaille notamment sur la sensibilisation et l’information du grand public, sur tous les sujets qui ont une relation avec le cancer.

 « Il est temps de porter un autre regard sur le cancer, car si le cancer se soigne de mieux en mieux et devient une maladie comme toutes les autres grâce aux progrès de la médecine, quel est l’intérêt de vivre plus longtemps sans qualité de vie ? », explique la directrice de l’association, avant de rajouter : « C’est dans ce but que Dar Zhor s’adresse au grand public à travers des web-conférences pour sensibiliser et parler de tous les sujets qui ont trait à cette maladie ».

Durant ce mois d’octobre, l’association a organisé deux webinaires, le premier pour « sensibiliser sur la prévention et le dépistage du cancer du sein qui s’avère, plus que jamais, nécessaire dans le contexte de crise sanitaire que nous traversons ». Le deuxième webinaire a porté sur « le cancer du sein métastatique ».

Pour rappel, au Maroc chaque année, plus de 12 000 femmes apprennent qu’elles ont un cancer du sein et 3700 vont en mourir. La crise sanitaire liée au COVID-19 a impacté négativement le vécu de ces patients. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *