Actualités, Spécial réfugié, UNE

Soutien aux réfugiés, le HCR Maroc fait le bilan de son action

Pandémie oblige, le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) Maroc s’est mobilisé à travers le programme « Améliorer l’accès aux droits des réfugiés en Afrique du Nord ». L’agence onusienne au Maroc présente le bilan de son soutien aux réfugiés durant cette période de pandémie.

Durant ces deux années de pandémie du COVID-19, la vie des réfugiés et demandeurs d’asile au Maroc n’a pas été de tout repos. Les programmes qui leur sont destinés ont été adaptés à cette nouvelle réalité de la pandémie. Le HCR Maroc s’est mobilisé grâce à son programme « Améliorer l’accès aux droits des réfugiés en Afrique du Nord » pour soutenir sa population cible. « Ce projet a eu pour objectif de renforcer l’accès des réfugiés basés au Maroc à l’éducation, aux soins de santé, au suivi psychosocial ainsi qu’à l’assistance financière en période de COVID-19 », rappelle le HCR Maroc.

6000 réfugiés soutenus

Le programme a permis d’apporter un soutien aux enfants réfugiés scolarisés. Crédit Photo: UNHCR Maroc.

Ainsi, 6.000 réfugiés et demandeurs d’asile ont pu bénéficier de « l’assistance financière pour subvenir à leurs besoins de base en réponse aux vulnérabilités socio-économiques liées au COVID-19 ». Le programme a permis de réaliser 12.500 consultations médicales, ainsi que 5.000 séances d’écoute psychosociale. Pour ce qui est de l’éducation, le programme a permis d’obtenir un taux de réussite de 90% pour les enfants réfugiés soutenus au primaire et secondaire.  

« Dans l’esprit de la Stratégie Nationale d’Immigration et d’Asile (SNIA) et du Pacte Mondial pour les Réfugiés, ce programme s’est inscrit dans la continuité d’une étroite collaboration entre le Royaume du Maroc, l’Union Européenne et le HCR », indique le HCR. Et d’ajouter : « Dans ce sens le HCR continuera, avec le soutien de l’Union Européenne, à appuyer les autorités Marocaines dans la réalisation de la SNIA et le renforcement de l’accès aux droits des réfugiés ».

Porté par le HCR et cofinancé par l’Union Européenne, ce projet a été soutenu par un partenariat avec plusieurs acteurs de la société civile, notamment la Fondation Orient- Occident (FOO) et l’Association Marocaine de la Planification Familiale (AMPF), deux associations en charge de la partie opérationnelle de ce programme.

Pour rappel, le Maroc compte 15.755 réfugiés et demandeurs d’asile à fin août 2021, selon le Haut-commissariat des Réfugiés au Maroc (HCR). En 2020, ils étaient 13.533 contre 9.756 en 2019. Selon les dernières statistiques du HCR, le nombre des réfugiés s’est chiffré à 8.853 au 31 août.

Les réfugiés syriens sont toujours en tête avec 4.914 personnes. Concernant les autres nationalités, le Yémen arrive en seconde position avec 1.076 réfugiés. Viennent ensuite la République Centrafricaine (868), la Côte d’Ivoire (379), le Soudan du Sud (366), la Palestine (248), la République démocratique du Congo (191), le Cameroun (166), la Guinée (134), l’Irak (128), le Sénégal (97), Mali ( 51), Nigeria ( 25), Soudan (22), Gambie ( 2).

One thought on “Soutien aux réfugiés, le HCR Maroc fait le bilan de son action

  1. Bonjour chère responsable je me nomme au nom de :Mahamat Djido je suis Étudiant de la nationalité centrafricaine âge 19 ans je suis un enfant orphelin d’un père et d’une mère. Mes parents ont été tué pendant la guerre et j’ai eu mon diplôme en centrafrique c’était ma grande mère qui a financé mes études jusqu’à ce que j’ai obtenu la bourse de Maroc en pensant que ça va m’aider hors que c’était le contraire je souffre de plus en plus et ma grand-mère ne peut pas financer mes études j’ai décidé d’aller traverser la mer mais aussi j’ai pas d’argent et la vie au Maroc est dur je vous enprie aidé moi mon vœu c’est d’aller au Canada et aider ma grand-mère pour l’amour du ciel aidé moi ma vie va mal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à la Newsletter des Sans Voix 


Contre l’info-obésité, la Newsletter des Sans Voix 

Un slowjournalisme pour mieux comprendre 


Allez à l’essentiel, abonnez-vous à la Newsletter des Sans Voix