Reportages, UNE

Look At Me : Un autre regard sur les Exilé.e.s

Look At me Photographie. Photo :The Minority Globe

Le projet photographique “LOOK AT ME”, porté par l’association “The Minority Globe”, vise à lutter contre les stéréotypes de genre au Maroc. Immersion dans un projet artistique et social.  

Après plusieurs mois de travail, “LOOK AT ME” (LAM) part à la rencontre de son public à Casablanca, Rabat et Salé. « LOOK AT ME, c’est un effort de ré-imagination des fondements d’une photographie documentaire reconnaissant le rôle prépondérant du regard féminin. Nous avons souhaité ouvrir le projet à des pratiques de femmes souvent marginalisées, alors même qu’elles sont au cœur des discours médiatiques. Ensemble, nous avons œuvré à la construction d’un récit juste de l’expérience vécue », explique d’entrée de jeu, Yemoh Odoi, directeur artistique et fondateur de l’association The Minority Globe. Ce projet photographique a été exposé au public à Casablanca au passage « Kora Ardia », souterrain de la Coupole Zevaco, à la Corniche d’océan de Rabat. Il est actuellement exposé à la galerie de l’Institut français de Casablanca. Une restitution publique est prévue le 18 juin prochain à Salé.  

Ce projet s’inscrit dans « l’histoire d’une photographie africaine ancrée dans la réalité sociale, celle d’une Afrique qui se représente par elle-même, participant par l’image à une construction historique radicalement opposée aux canons occidentaux », insiste Odoi. 

La photographie comme forme de plaidoyer

Exposition LOOK AT ME Corniche Océan à Rabat. Photo: I.B

L’idée de ce projet est partie d’un constat : The Minority Globe avait estimé nécessaire que faire émerger de nouvelles images sur/par les communautés migrantes est d’autant plus crucial que ces groupes sont à la fois surmédiatisés et sous-représentés. « Les femmes, au cœur de ces phénomènes de projections et de constructions raciales, sont plus particulièrement touchées par cette situation. Cependant, par leur présence et leur rôle au sein des communautés, elles participent à la circulation de récits d’intégrité et d’existence subjectifs, qui challengent les récits dominants sur la migration », explique le directeur artistique du projet. 

« LOOK AT ME veut permettent aux femmes documenter leur quotidien parce qu’elles vont nous passer la vraie vérité ».

Reuben Yemoh ODOI, directeur artistique de l’Association The Minority Globe.
Exposition LOOK AT ME Corniche Océan à Rabat. Photo: I.B

C’est dans ce sens que ce projet a connu l’organisation d’une série de formations et de résidences artistiques à destination des femmes des communautés locales, marocaines et migrantes, afin de participer à la visibilité de ces voix féminines.

« LOOK AT ME voulait sensibiliser les gens à la photographie mais plus précisément laisser les femmes se photographier entre elles, leur donner les outils à documenter leur quotidien parce qu’elles vont nous passer la vraie vérité », affirme Yemoh. Ce projet vise à utiliser la photographie comme un outil de plaidoyer pour lutter contre les stéréotypes liés au genre, dans une démarche résolument participative et collaborative. 

« La photographie, c’est une discipline qui permet de sensibiliser, de donner une voix aux femmes et renforcer le vivre-ensemble entre les femmes marocaines et migrantes ».

Nyabang Otto, participante dans le projet LAM

« Nous avons beaucoup appris de ce projet, la photographie n’est pas seulement prendre des photos mais c’est une discipline qui permet de sensibiliser, de donner une voix aux femmes et renforcer le vivre-ensemble entre les femmes marocaines et migrantes», affirme Nyabang Otto, participante dans le projet LAM, avant d’ajouter « à travers la photographie on peut raconter et expliquer le vécu des femmes de différentes nationalités au Maroc».

Restitution publique 

Exposition LOOK AT ME Corniche Océan à Rabat. Photo: I.B

Le projet LOOK AT ME a rencontré les publics casablancais et rbatis à travers des expositions de photographies dans des espaces publics afin de le rendre accessible à un grand public.

A Casablanca, l’exposition s’est présentée dans le cadre des Journées du Patrimoine, organisées par Casamémoire. C’était un moment de rencontre entre les participantes et le public .

« Toutes ces photos sont prises par des femmes et expliquent leur vécu dans les espaces publics »

Reuben Yemoh ODOI, directeur artistique de l’Association The Minority Globe.

Ce choix d’exposition dans des espaces publics est pour permettre une accessibilité et une diffusion large des images photographiques, exposées dans la rue et partagées en résonance avec leurs lieux et contextes de création.  « Toutes ces photos sont prises par des femmes et expliquent leur vécu et l’espace qu’elles occupent dans les espaces publics », affirme le directeur de projet.

Dans un deuxième temps, l’exposition s’est installée à Rabat le 5 juin à la Corniche de l’Océan, avec la présence des femmes participantes au projet qui ont rencontré les visiteurs. Elles ont passé un moment de partage et d’échange autour des photographies et de la thématique de genre.

Pour rappel, The Minority Globe est une structure marocaine active depuis 2009. Elle vise à créer des formes de participation artistique (arts vivants, arts dans l’espace public). L’objectif ultime est de créer des liens de solidarité entre la population marocaine et migrante, ainsi que de développer des outils pédagogiques et inclusifs adaptés au besoin des communautés et d’accompagner les artistes émergents migrants et marocains. Une prochaine rencontre est prévue avec le public de Salé à travers une exposition de photographies le 18 juin au quartier Abouab Salé. 

A lire aussi: Entre migrants et Marocains, Dialogue culturel à Farah Salam

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.