Actualités, UNE

Drame de Nador: Qui sont les responsables?

108 organisations de la société civile africaine et européenne ont publié ce samedi 25 juin un communiqué suite aux événements de tentatives de franchissement des barrières de Melilla qui ont eu lieu hier.

Cette tentative d’entrée massive a débuté  vendredi matin, lorsqu’un groupe de migrants provenant de pays d’Afrique subsaharienne a tenté de franchir la barrière de Melilla, événement qui a causé de nombreux blessés et a coûté la vie à 27 migrants et 2 dans les rangs des forces publiques selon les premier bilan provisoire.

Dans ce communiqué, les organisations signataires parmi elles, le Collectif des Communautés Subsahariennes au Maroc-CCSM ,Caminando Fronteras, ATTAC CADTM Maroc, Association d’Aide aux Migrants en Situation de Vulnérabilité- Maroc (AMSV) et L’Association Marocaine des Droits Humains(AMDH) expliquent que «les 27 morts et les centaines de blessés du côté des migrants comme ceux du côté des forces d’ordre marocaines sont le tragique symbole de politiques européennes d’externalisation des frontières de l’Union européenne (UE), avec la complicité d’un pays du Sud, le Maroc».

«Les prémices du drame de ce vendredi 24 juin ont été annoncés depuis plusieurs semaines. Les campagnes d’arrestations, de ratissages des campements, de déplacements forcés visant les personnes en migration à Nador et sa région étaient annonciatrices de ce drame écrit d’avance. La reprise de la coopération sécuritaire dans le domaine des migrations entre le Maroc et l’Espagne, en mars 2022, a eu pour conséquence directe la multiplication des actions coordonnées entre les deux pays», souligne le communiqué.

Leurs revendications

Face à ce drame, les organisations signataires expriment en premier lieu leur condoléances aux familles des victimes, parmi les migrants comme dans les rangs des forces de l’ordre.

«Nous condamnons l’absence de prise en charge rapide des migrants blessés, qui a alourdi ce bilan. Nous exigeons qu’une prise en charge sanitaire adéquate et de qualité soit accordée à toutes les personnes hospitalisées à la suite de ce drame», revendique le communiqué

Ensuite, l’ensemble des ONGs exigent que les autorités marocaines procèdent à l’identification et à la restitution des dépouilles des victimes à leurs familles, en collaboration avec les communautés des migrants ainsi elles rappellent l’urgence «d’ouverture immédiate d’une enquête judiciaire indépendante du côté Marocain comme espagnol, ainsi qu’au niveau international pour faire toute la lumière sur ce drame humain». 

Enfin, le communiqué souligne l’importance de mettre fin aux« politiques criminelles financées par l’Union européenne et ses nombreux complices, les États, certaines organisations internationales et plusieurs organisations de la société civile qui assurent la sous-traitance de ces politiques criminelles», tout en faisant appel aux organisations et les mouvements de défense de droits humains et de défense des droits des personnes en migration à se mobiliser dans ce moment critique où le droit à la vie est plus que jamais est en danger.

PS: Le communiqué a été signé par 108 organisations de la société civile en Afrique et Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *