Reportages, UNE

Dar Insaf: Une nouvelle vie pour les filles du Haouz

Elles sont souvent des victimes d’exploitation dans le travail domestique, des filles qui ont été obligées de quitter l’école afin d’aller travailler dans des foyers pour faire vivre leur famille. Reportage avec ces filles qui ouvrent une nouvelle page de leur vie. 

C’est une nouvelle chance pour elles. Elles devront continuer leurs études en leur garantissant un suivi total de plus d’un parrainage mensuel à leur famille. L’association Insaf a célébré, jeudi 28 juillet, la fin de l’année scolaire à Talat N’Yacoub (commune rurale de la province d’Al Haouz), avec des filles bénéficiaires du programme de lutte contre l’exploitation des filles mineures dans le travail domestique dans les trois provinces (Talat N’Yacoub, Chichaoua et Kelaat Sraghna). 

Célébrer la fin de l’année scolaire 

«Nous sommes là aujourd’hui pour célébrer la fin de l’année scolaire, on était fière cette année parce que nous avions 22 filles au bac dont 21 ont pu décrocher le diplôme, et c’est une grande récompense pour toute l’équipe qui travaille dur pour que ces filles puissent aller à l’école et avoir un avenir meilleur», explique Béatrice Beloubad Directrice déléguée aux opérations à Insaf.

A la maison des jeunes de Talat N’Yacoub (province El Haouz), les préparatifs de fête ont déjà commencé, les filles sont là, certaines enchaînent les préparatifs pour une pièce de théâtre. Malgré la chaleur, les invités sont nombreux, parents, autorités locales, médias ainsi que les partenaires de l’association Insaf sont tous réunis afin de célébrer la réussite de ces combattantes.

«Après la perte de mon père je ne m’imaginais pas continuer mes études, je vivais dans des conditions précaires mais Insaf a redonné un nouveau sens à ma vie, elle m’a offert un foyer, des formatrices et de très bonnes conditions de vie, grâce à cette association j’ai pu obtenir mon baccalauréat avec mention “Bien”», affirme Hanan, une des bénéficiaires de dar Insaf Chichaoua.

Devant la maison des jeunes, une scène est déjà installée, on commence la fête avec un mot de la secrétaire générale d’insaf, Amina Khalid qui exprime sa joie et sa fierté de cette réussite inédite :«Aujourd’hui on fête la réussite de nos filles mais aussi la nôtre, il y avait 20 ans on a tant rêvé qu’aucune fille ne quitte l’école, on a fait une grande campagne de sensibilisation contre l’exploitation des enfants dans le travail domestique, que leur place est à l’école; aujourd’hui on constate le résultat de cette campagne, on a pu faire des pas en avant », affirme-t-elle, et d’ajouter: «C’est une énorme fierté que nos 21 filles puissent avoir leur baccalauréat, c’est un effort qui a été déployé par les filles en premier lieu, l’équipe qui les accompagne, les parents qui nous ont fait confiance et finalement les effort de Insaf ».

Ensuite, des filles montent sur scène afin de présenter une pièce de théâtre, cette dernière illustre le vécu de plusieurs filles du Maroc oublié, des filles qui s’obligent à quitter l’école et d’aller en ville pour travailler comme domestiques, vivant dans des conditions difficiles et qui sont souvent victimes de plusieurs violences, à la fin de la pièce on demande au grand public de donner son avis sur ce qui a été présenté et de venir sur scène pour donner des solutions et d’autres scénario à cette pièce.

Ce théâtre-forum a pour objectif de sensibiliser les familles de cette région au sujet de l’exploitation des enfants dans le travail domestique et leur expliquer que la place des filles est bel et bien dans une école .

Dar Insaf : une nouvelle vie pour les filles du Haouz

En octobre 2018, l’association Insaf a inauguré Dar Insaf à Talat N’Yacoub, province d’Al Haouz. Il s’agit d’un foyer d’hébergement  des filles, doté des besoins nécessaires en matière d’infrastructures et d’équipements au bon fonctionnement et pour leur épanouissement.

Le foyer accueille 15 jeunes filles du programme de Lutte contre le travail domestique des enfants dans la province d’Al Haouz. Les filles sont scolarisées au collège du village.

L’objectif de cette structure est d’encourager davantage les filles, parrainées dans le cadre du programme, à poursuivre leur scolarisation et aider les familles en leur offrant un parrainage mensuel pour laisser les filles continuer leurs études.

Suite aux grands besoins, l’association Insaf a ouvert un deuxième foyer à Talat N’Yacoub, un espace bien organisé doté de toutes les conditions nécessaires dans une maison familiale: un dortoire, une cuisine, une bibliothèque, des douches, ainsi que des formatrices qui assurent le suivi des filles et les aident dans leur parcours scolaire.

« Aujourd’hui nous avons deux foyers Dar Insaf à Talat N’Yacoub, nous avons commencé avec une dizaine de filles, mais on a été sollicité pour accueillir d’autres, puisque beaucoup viennent des douars de cette régions dont les collèges sont très loin  et malheureusement les Dar taliba n’accueillent qu’un petit nombre; donc les filles après avoir terminé le primaire trouvent une difficulté à aller au collège. Désormais, on prend en charge une trentaine de filles», affime Amina Khalid.

Malgré ses petits moyens, l’association Insaf déploie de grands efforts afin de lutter contre le travail des enfants, ainsi qu’offrir les conditions nécessaires afin de scolariser le nombre maximum des filles dans cette région, aujourd’hui ce projet est mis en place dans trois  provinces (Talat N’Yacoub, Chichaoua et Kalaat Sraghna).

«On rencontre plusieurs contraintes notamment, la route de Casablanca vers Talat N’Yacoub, qui est loin, ensuite, bien sûr, le financement pour pouvoir sauver plus de filles, on a besoin de beaucoup de moyens et l’association a des moyens simples et  limités », explique la secrétaire générale de Insaf.

L’association a aussi aidé des filles qui ont quitté l’école pendant de nombreuses années et ont dépassé l’âge pour rejoindre l’école, via leur intégration dans des formations professionnelles en cultures des plantes aromatiques et médicinales, dont 25 ont eu leurs diplômes cette année et 19 qui ont suivi avec brio le programme Dar EL Moukaouil. 

Insaf continue son combat acharné pour tendre la main à d’autres enfants, et prépare un projet  à Casablanca qui vise les garçons exploités dans la zone Médiouna.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.