Actualités, UNE

La Samir : « La nationalisation est La solution » 

Le Front national pour la sauvegarde de la raffinerie Samir (FNSS) a tenu une réunion le 13 septembre afin d’exiger la reprise de l’activité de l’entreprise pour faire face à la flambée des prix des hydrocarbures.

” Non à la mise à la mort de La Samir, oui à la nationalisation” clament les salariés de La SAMIR.

Le FNSS dénonce le blocage de la reprise d’activité de la Samir et accuse le gouvernement de ce blocage. Il rappelle ses solutions pour la sortie de cette crise.

Les cinq propositions du Front 

Le Front renouvelle ses principales revendications. La coalition appelle en premier « à la reprise urgente du raffinage du pétrole ». La deuxième revendication est « la nationalisation des actifs de la société Samir au profit de l’État marocain, dans la lignée de la vague de nationalisations et du retour de l’État dans le capital des secteurs de l’énergie ».

La troisième revendication est de « revenir au système de fixation des prix de vente publique des carburants en plafonnant les bénéfices des distributeurs et en les réduisant, surtout que les conditions de concurrence sur le marché marocain ne sont plus réunies ». 

La quatrième revendication est de « plafonner les taxes perçues de la vente des hydrocarbures et de revenir à la subvention des prix des carburants afin qu’ils soient appropriés à la réalité de vie des Marocains ».  

La cinquième solution proposée par le Front est « de récupérer les profits faramineux estimés à environ 45 milliards de dirhams des pétroliers et distributeurs ». Le Front appelle aussi à appliquer « un impôt sur la fortune et sur les entreprises bénéficiant de la situation actuelle dans le secteur ». 

Sécurité énergétique et La Samir 

Dans cette déclaration, le FNSS proteste contre la position du gouvernement face à « l’arrêt d’un précieux outil industriel que représente la raffinerie de Mohammedia en ces temps de crise», et d’ajouter que ce silence de la part du gouvernement met « en péril la sécurité énergétique du pays » et « détruit littéralement le pouvoir d’achat des citoyens, sans parler que cette non-position prive le Maroc de gains sociaux, économiques et financiers qui peuvent être tirés d’une industrie du raffinage ».

La reprise de La Samir sera bénéfique sur le plan financier et humain et devient une exigence. Plus que jamais, « le retour au raffinage du pétrole à la raffinerie de la Samir à Mohammedia est devenu une exigence populaire et nationale et une nécessité essentielle afin de renforcer la sécurité énergétique du Maroc », affirme le FNSS, tout en soulignant que « l’entreprise est toujours capable de reprendre son activité ».

Pour le FNSS : « Une reprise de La Samir est possible après 8 mois de maintenance, avec un budget limité à 2 milliards de DH ».

Enfin, cette coalition associative, politique et syndicale appelle « les syndicats, les militants et les élus à continuer de plaidoyer afin que cette entreprise reprenne son activité pour fournir de l’énergie aux Marocains à des stocks et des prix adaptés à leur pouvoir d’achat ».

À  lire aussi : La SAMIR : « Des lobbys bloquent la reprise »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.