Actualités, ENass+, MIGRATIONS

Maroc-Espagne, Regards croisés sur les migrations

Le Réseau marocain des journalistes (RMJM) organise une rencontre entre journalistes marocains et espagnoles sur la couverture médiatique des migrations. Présentation des termes de ce débat prévu le 15 novembre 2022 à Rabat.

La couverture médiatique des migrations par les médias marocains et espagnols constitue, de manière récurrente, un sujet de discussion et de polémiques. Les mouvements migratoires historiques entre les deux voisins ont constitué un sujet naturellement présent sur les médias des deux pays. Cette couverture est sensible aux agendas politiques et économiques sur les rives de la Méditerranée. 

Le Maroc est le premier pays émetteur d’émigrants installés légalement en Espagne. 870 000 Marocains résident dans la péninsule. De facto, c’est un sujet d’intérêt pour les médias locaux et nationaux en Espagne, ainsi que pour les médias marocains. Un traitement médiatique qui n’est pas exempt de clichés et de stéréotypes sur la population émigrante comme sur le pays d’accueil. Un traitement qui peut être biaisé par le poids de l’histoire coloniale ou par les développements politiques récents liés au retour des expressions de l’extrême droite et de la xénophobie dans le paysage politique espagnol. 

Moins médiatisé, l’Espagne est aussi un pays émetteur d’émigrants, résidents au Maroc. Cette communauté est estimée à 4000 Espagnols. Un chiffre en-deçà des réalités sur le terrain. Surtout que cette population n’a cessé de se renforcer au fil des années. La montée en puissance du poids économique de l’Espagne au sein de l’économie marocaine indique une présence plus forte de travailleurs migrants sur le sol marocain.    

Le Maroc comme pays de transit de migrants à destination de l’Espagne est également un sujet majeur pour les médias des deux pays. Malgré sa faiblesse statistique, cette population, marocaine ou étrangère, concentre l’attention médiatique des deux pays. Ces deux décennies étaient marquées par une cristallisation autour des thématiques de la gestion des frontières, la lutte contre l’immigration et les morts en mer. 

En temps de drames de la migration irrégulière (2004, 2006, 2021et 2022), ce sujet sature le paysage. Passé le temps de l’émotion, la couverture de cette thématique reprend son statut qui s’apparente à « une chronique nécrologique » au lieu de s’attacher à informer, analyser et mettre en perspective ces actualités dramatiques. Le traitement médiatique réservé au drame de Nador-Melilla occupée montre les limites d’une telle démarche[2]

Dans ce contexte diplomatique, les médias indépendants dans les deux pays continuent à éclairer les opinions publiques sur les nombreux enjeux liés aux migrations. Des enjeux qui sont à la mesure des relations historiques entre les peuples des deux pays.  

Dans ce panorama migratoire multiforme, le Réseau marocain des journalistes des migrations (RMJM) organise cette rencontre-débat, avec le soutien de La Fondation Heinrich Boll (HBS), avec pour objectif d’interroger les professionnels des médias, les universitaires et les décideurs des deux pays autour des axes suivants : 

  • Quelles sont les responsabilités des médias pour protéger les personnes en migration, abstraction faite de leurs statuts ? 
  • Dans quelle mesure les médias des deux pays trouvent-ils un équilibre entre leurs positions éditoriales, nationales et leurs responsabilités déontologiques dans le traitement médiatique des questions migratoires ?
  • De quelles manière les médias arrivent à dépasser les clivages historiques pour assurer un traitement équilibré des questions migratoires ? 
  • Quelles sont les difficultés rencontrées par les médias pour couvrir l’actualité migratoire dans les deux pays ? 
  • Pourquoi la couverture liée à la migration se concentre-t-elle sur la « migration irrégulière », tout en négligeant un large éventail de sujets en lien avec l’émigration/immigration ?  
  • Quelles sont les responsabilités des journalistes et des médias des deux pays pour contrer la montée des discours de haine et de xénophobie ? Quels sont les moyens à mettre en œuvre pour y arriver ?  
  • Quels sont les moyens pour créer des collaborations entre les médias indépendants des deux pays afin de rééquilibrer les termes du débat public sur l’immigration ?  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *