Récits

Bouchra Baibanou, une femme aux sommets

L’alpiniste marocaine Baibanou Bouchra a réussi à gravir le quatrième plus haut sommet du monde, le mont Lhotse, le 21 mai dernier. Retour sur nouvel exploit.  

L’aventurière et championne d’alpinisme marocaine, Bouchra Baibanou, a réussi à ajouter un autre exploit à son palmarès entre 2011 et 2020 après avoir gravi, ce dimanche, le sommet de Lhotse. Le mont Lhotse est le quatrième plus haut sommet du monde et culmine à 8516 mètres. Il est complètement adjacent au mont Everest et est situé dans la chaîne de montagnes de l’Himalaya en Asie, plus précisément entre les frontières du Tibet et du Népal.

Bouchra Baibanou, connue pour sa forte détermination et son grand courage, a choisi de se mettre davantage en défi 

Malgré cela, il est célèbre pour sa difficulté à escalader, étant donné que son sommet a la forme d’une ligne droite. Ce sommet constitue un véritable obstacle pour les passionnés d’alpinisme. Bouchra Baibanou, connue pour sa forte détermination et son grand courage, a choisi de se mettre davantage en défi en escaladant le sommet sans utiliser d’oxygène supplémentaire.

Récit d’une montée 

« J’étais si heureuse d’atteindre le quatrième plus haut sommet du monde, le mont Lhotse ». 

Bouchra Baibanou

L’alpiniste marocaine a partagé sa journée avec ses internautes sur Facebook : « Alhamdoulillah j’étais si heureuse d’atteindre le quatrième plus haut sommet du monde, le mont Lhotse. Je suis montée au camp 2, j’y suis restée une nuit pour me reposer. Après je suis montée au camp 3 et un autre jour au camp 4 à une hauteur de 7800m. Je suis restée sans oxygène. Mais quand j’ai commencé à monter au sommet à 22 heures, je ne me sentais pas bien alors j’ai décidé d’utiliser la bouteille d’oxygène d’urgence. Ça m’a aidée », raconte-t-elle.  

L’alpiniste marocaine a mis huit heures pour atteindre le sommet. Elle raconte les dernières heures de son ascension : « A 5h55 du matin, j’étais en tête. Après une demi-heure, mon guide porteur et moi  sommes descendus au camp 4, nous n’avons fait que 3h. Après un repos de 2h, nous sommes revenus au camp 2 après 6h. Je suis arrivée le 21 mai à 18h au camp 2. J’étais tellement épuisée. Le lendemain je suis revenue au camp de base après une heure de descente. J’étais si heureuse d’avoir traversé la cascade de glace Khumbu pour la dernière fois », écrit-elle, soulagée après cette montée. 

L’athlète marocaine a tenu à remercier sa « famille, mes supporters, mes sponsors et mes partenaires, et tous ceux qui prient pour moi ».

Pour rappel, Bouchra Baibanou est la première Marocaine à gravir les Sept sommets, le Kilimanjaro en Afrique (2011), l’Elbrouz en Europe (2012), l’Aconcagua en Amérique du Sud (2014), le mont McKinley en Amérique du Nord (2014), les Pyramides Carstens en Espagne (2015), l’Everest en Asie (2017), le Vinson en Antarctique (2018) et Le mont Annapurna (2022). 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *