Livres

Edition : En toutes lettres fête ses dix ans !

En toutes lettres, maison d’édition indépendante spécialisée dans la publication d’essais d’écrivains, de chercheurs et de journalistes célèbre ses dix ans d’existence.

À la galerie Nouiga aux Oudayas de Rabat, l’ambiance était à la célébration de la pensée critique. Autrices et auteurs, intellectuels, artistes et amis de la maison d’édition En toutes lettres ont fait le déplacement pour fêter l’anniversaire de ce projet d’édition unique au Maroc. Dans la salle, deux personnes, Kenza Sefrioui et Hicham Houdaifa, les fondateurs de cette maison d’édition étaient des éditeurs heureux de voir une communauté de lecteurs et d’auteurs réunis autour du livre. Une décennie après le lancement de cette maison d’édition, l’heure était au bilan et aux souvenirs des débuts.

Poser les questions qui fâchent

Kenza Sefrioui rappelle la genèse de ce projet : « Nous venions sortir de l’expérience du Journal Hebdo, censuré. Avant, on ne nous voyait pas nous lancer dans un projet dans l’édition. Dès notre lancement, nous nous sommes affirmés en tant que maison d’édition indépendante avec des collections qui posent les questions qui fâchent. 

Avec des livres primés (Le métier d’intellectuel de Ksikes et Ait Mouss, Extrémisme religieux de Houdaifa et Islam et femmes A. Lamrabet) et traduit en plusieurs langues (Dames de fraise de Chadia Arab), En toutes lettres aspirent à créer un débat public autour des thématiques abordés : « Nos livres abordent en profondeur des questions de société liées au Maroc et promeuvent le journalisme d’investigation pour rendre accessible à un public de non spécialistes les travaux produits par les chercheurs et universitaires en sciences sociales, afin de contribuer à la dissémination de la culture du débat et de l’esprit critique », affirme-t-elle en ouverture de cette rencontre. 

Son complice dans ce projet, Hicham Houdaifa rappelle le modus operandi de En toutes lettres, « nous travaillons dans un écosystème avec des associations de la société civile, des universitaires et pleines de personnes qui s’inscrivent dans cet esprit de la pensée critique. Au fil des années, un réseau de coopération s’est créé entre ces institutions », rappelle-t-il. 

En 2018 , En toutes lettres entame une nouvelle étape de sa vie avec le lancement d’Openchabab, une plateforme de formation de jeunes journalistes et activistes de la société civile aux valeurs fondatrices d’un projet de société humaniste et aux outils du journalisme indépendant. Le projet a remporté le prix Éducation aux médias et à l’information Rive Sud aux Assises internationales du journalisme à Tours en 2019. Les auteurs invités à donner leurs témoignages ont rappelé les valeurs portées par la maison d’édition basées sur la transmission et de l’excellence. 

Pour rappel, En toutes lettres compte cinq collections (Enquêtes, Les Presses de l’Université citoyenne, Droit et citoyenneté, les Questions qui fâchent et Traduction). La maison d’édition est membre de l’Alliance internationale des éditeurs indépendants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *